AUTISME, DE L’ALERTE À L’INTERVENTION Réponses ciblées pour un accompagnement pluriel tout au long de la vie.

AUTISME, DE L’ALERTE À L’INTERVENTION Réponses ciblées pour un accompagnement pluriel tout au long de la vie.

CONFÉRENCE GRAND PUBLIC - Pr Catherine Barthélémy

Mercredi 25 mai 2016 - Palais des congrès d'Arcachon

Si la cause de l’autisme n’est pas à ce jour éluci- dée, les mécanismes cérébraux mis en jeu dans ce trouble du développement se précisent peu à peu.
Différentes fonctions de la sensori-motricité inten- tionnelle réciproque apparaissent altérées très tôt dans la vie chez les personnes avec autisme : trouble de l’exploration visuelle des visages, réactivité atypique des systèmes cérébraux mi- roirs, anomalie du décodage de la voix humaine, problèmes d’orchestration (regard, voix, geste).
La connaissance des particularités de fonc- tionnement sensoriel, moteur et cognitif de ces personnes induit des adaptations de nos interventions, aides et accompagnements dans les différents environnements et tout au long de la vie : adaptation de l’environnement sensoriel, utilisation de supports visuels, struc- turationdu temps et de l’espace pour une meilleure prévisibilité et une facilitation des
enchainements dans la vie quotidienne et du travail.
Les fonctions cérébrales, les systèmes neuro- naux sont, chez l’enfant, dotés d’une « plasticité », d’une malléabilité qui seraient maximales dans les 4 premières années de vie et qui durent toute la vie.
Sur la base de ces conceptions neurofonc- tionnelles du développement et de plasticité, les interventions dites précoces dont l’un des proto- types est la Thérapie d’échange et de développe- ment (Barthélémy et al. 1995) sont maintenant proposées. La mise en jeu « synchronisée » des fonctions sociales donne des résultats très encourageants : de possibles récupérations fonctionnelles cérébrales paraissent sous-tendre les progrès comportementaux et l’acquisition de nouvelles habiletés adaptatives et de commu- nication.